Si la main de l’ouvrier ou de l’employé qui reçoit son salaire est au-dessous de celle de l’entrepreneur qui le donne, image traduite d’un proverbe africain, l’autre main, qui offre le travail, est au-dessus de celle qui le reçoit. On peut quitter l’idée de conflit entre ouvriers et patrons pour celle de coopération. Ceci est devenu une nécessité. Aujourd’hui où le monde est en crise, où le chômage est un mal qui frappe plus ou moins tous les pays (200 millions de chômeurs dans le monde) et qu’il faut s’attendre à voir augmenter avec les progrès de la technique et la robotique, il faut qu’employeurs et employés, patrons et ouvriers collaborent, c’est leur intérêt commun.

La monnaie pour vivre

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir